Pêche > Les poissons des Seychelles > Poissons des flats

Les poissons des Seychelles

Daurade Coryphène (Coryphaena hippurus)

Barracuda

Description et comportement

La magnifique "dorad" comme on l’appel ici, préfère le large à la côte pour y rechercher poissons et céphalopodes. Avec ses superbes couleurs (vert, bleu, turquoise, or) elle peut nager à 80km/h et fait partie des plus jolis poissons que l’on puisse prendre en mer. Présente toute l'année sur le plateau, c’est le poisson le plus fréquemment pris en traine avec la bonite, durant nos liaisons inter îles. Lorsqu’elle est le premier poisson pêché de la vie d’un débutant, elle délivre une expérience qui rend addict. Souvent en banc, il n’est pas rare d’en prendre plusieurs en même temps. Le mâle, plus gros que la femelle se différencie par un front proéminent. Sous d'autres latitudes, elle s’appel MAHI-MAHI ou DOLPHIN FISH.

Techniques de pêche

Traine rapide ou semi-rapide aux leurres à jupe de surface.
Traine lente aux appâts morts à flapper et aux vifs.
L’aurore où le crépuscule, sont les moments les plus productifs..
Se pêche le jour au lancer si on trouve un objet dérivant pouvant lui procurer de la sécurité.

Le combat

À condition de ne pas trop la brider, la daurade coryphène est un excellent adversaire sur ligne fine. Très combative elle se livre à de splendides sauts aériens, tel un espadon, avant de sonder quand la fatigue prend le dessus. Capable d’enchainer de nombreux rushs, elle utilise la surface planante de son corps pour opposer de la résistance entre 2 rushs et retrouver quelques forces.  
Gabarit : De 5 kg à 15kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 40 kg pour 2 m.
Record Igfa : 39 kg en 1976 au Costa Rica



barracuda, grande (Sphyraena barracuda) & barracuda, Pickhandle (Sphyraena jello)

Barracuda

Description et comportement

Deux espèces cohabitent. Le grand barracuda et le Jello qui est beaucoup plus petit. Le Jello se croise souvent sur les flat du Sud de l’archipel Seychellois ou au dessus de piton rocheux sur le plateau. Le grand Barracuda, est très facile à prendre. À La Digue on trouve de gros spécimens de plus d’un mètre de long, près du port de la Passe. Territorial, agressif, le brochet de mer est une prise fréquente aux Seychelles. Au large et en banc durant la journée, l’adulte se rapproche de la cote pour chasser à l’affût le soir venu. D’une position géostationnaire, il attend qu’une proie passe devant lui et attaque tel un éclair. Le grand Brracuda peut atteindre 1,90m et 40kg. Le fluoro de 70/100 ne résiste pas aux lames de rasoir qu’il a en gueule. Le titanium en 20 Lbs s’impose.

Techniques de pêche

Actif le jour et suractif la nuit, il répond à tous les stimuli. Laize de bonite en surf, cuillère, mouche, popper… au lancer dés le soir tombé, à la traine le jour.

Le combat

Le Barracuda est capable de pointe fulgurante mais un frein puissant le bride sans aucunes difficultés. Pour s’amuser il est donc impératif de le combattre sur ligne fine. Lors de l’attaque il cherche à couper en deux sa proie. Donc quand il ne se pique pas à la première attaque, il convient d’attendre la seconde sans ramener. Le ferrage, le réveil après une dizaine de secondes le temps d’une pause qui lui laisse de temps de comprendre ce qui se passe . S’ensuit 3 ou 4 rushs assez erratiques avant qu’il ne se rende.
Gabarit : De 2 à 14 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 40 kg pour 2 m.
Record Igfa : 39kg en 2012 à Christmas Island pour le Grand / 15kg en 2008 au Kenya pour le Jello



Orphie crocodile (Tylosurus crocodilus)

Orhhie Crocodile

Description et comportement

Un éclair dans l’eau. L’Orphie crocodile sur ligne fine est très amusante. Avec son corps allongé et sa longue mâchoire elle passe son temps à nager en dessous de la surface, dans la zone de surf des vagues, dans les baies peu profondes mais aussi parfois au-dessus des récifs en pleine eau entre la surface et 15m. Elles ressemblent en touts points aux orphies d’Atlantique et de Méditerranée mais en taille XXL. L’Orpie crocodile chasse les alvins et petits poissons de surface dans 10 cm d’eau. Elle est comestible et très bonne malgré la couleur surprenante de sa chair et représente un excellent vif.

Techniques de pêche

En flyfishing ou au lancer sur ligne light avec un petit tout petit stickbait de 4 à 7 cm que l’on ramène doucement à 10 cm de profondeur.
On peut ajouter des fils de soie aux mouches et aux leurres qui se prennent dans ses dents et aspérités du rostre.

Le combat

L’Orphie crocodile est très amusante à pêcher. Les hameçons n’ont pas prises sur son rostre. Donc elle attaque et réattaque inlassablement le leurre si elle n’engame pas suffisamment pour se piquer à l’intérieur de la gueule. C’est plus facile à la mouche qui est avaleé du premier coup. Nageant en surface on la voit parfaitement mener son attaque avec sa tête qui passe au rouge. On dirait un mini Nautilus fondant sur un bateau à éperonner. Après le ferrage elle se défend comme un mini espadon. Sauts, cabrioles, et runs étonnamment puissants au regard du poids plume qu’elle représente. Quelques fois, son endurance surprend également
Gabarit : De 500 gr à 3 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 6,5 kg pour 1,5 m.
Record Igfa : 4,88 kg en 2013 aux Bahamas



Jobfish green (Aprion virescens)

Jobfish Green

Description et comportement

Le Zob gri, en créole ou plus communément appelé Vivaneau job, possède une chair fraiche excellente que l’on peut également séché ou salé. Adulte, il patouille dans les eaux ouvertes des lagunes profondes, le long des canaux et récifs au large entre 0 et 180m. Il chasse dans le récif corallien dés que le soleil se couche. En solitaire mais aussi en groupe, il se nourrit principalement de poissons, de crevettes, crabes, céphalopodes et autres organismes planctoniques. Sa taille maxi est de 1m10.

Techniques de pêche

Pêche en dérive avec vif ou appâts naturels (poissons, calmars, crevettes ou de crabes) à proximité ou posé sur le fond
Traine au downrigger près du fond sur les récifs peu profonds.
Jigginng à haut débit.

Le combat

Agressif, le ferrage est suivi d’un sondage puissant à la recherche d’obstructions coralliennes au fond de la mer pour casser la ligne. Il convient donc de bien le brider. Les dents tranchantes et son comportement méritent de prendre quelques précautions avec ses doigts lors de la relâche.
Gabarit : De 2 à 6 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 21 kg pour 1,2 m.
Record Igfa : 20,2 kg en 2003 au Japon



Milkfish (Chanos chanos)

Milkfish

Description et comportement

C’est ici aux Seychelles que la pêche à la mouche du Milkfish fut inventée. On le leurre avec une imitation d’algue à la marée descendante dans les chenaux. Pouvant atteindre 1m80 pour 20 kg, le milkfish est une torpille possédée comme un diable qui vide le moulinet en 30 secondes si on y pas prend garde. Les gros milkfish doivent se négocier en bateau pour les suivre. Avec la GT le milkfish est surement le poisson de flat le plus hallucinant à pêcher.

Techniques de pêche

Sur les flat en wadding avec canne de 9’’ soie de 12 ou en bateau pour les gros spécimens.

Le combat

Le ferrage se fait en douceur par une prise de contact légèrement appuyée. Après quelques secondes sans réactions sa défense s’organise. Elle se passe en 3 temps. 1er temps, la phase de saut où le milk se prend pour un voilier en sautant hors de l’eau comme un ressort. 2ème temps il effectue de puissant rush comme un thon jaune. 3ème temps il sonde et recherche la protection du corail comme une GT. Le combat peut durer 1 heure.
Gabarit : De 6 à 15 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 21 kg pour 1,8 m.
Record Igfa : 19,73 kg en 2012 au Salvador



Bonefish (vulpes de Albula)

Bonefish

Description et comportement

Le gibier roi du pêcheur à la mouche en mer est incontestablement le mythique bonefish. Ce n’est pas le plus gros des poissons à combattre, ni le plus acrobatique et encore moins le meilleur dans l’assiette. Si le bonefish a acquis ses lettres de noblesse, c’est qu’il nécessite de la part du pêcheur la maitrise aveugle de son matériel, l’œil d’un sioux à la chasse et la discrétion d’une panthère. La Bonefish se tient essentiellement en bancs de poissons à la recherche de crabes, crevettes, palourdes, vers, oursins, et de petits poissons qui peuplent les flats et les zones de sable entre les îles. On peut entrapercevoir des bouts de queues crevant la surface de l’eau lorsqu’ils ont la tête enfoui dans le sable près du bord. L’action se nomme ‘tailing’. S’il y a d’avantage de profondeur c’est la surface de l’eau qui peut les trahir. L’eau devient nerveuse ! Autrement c’est le ‘mudding’, lorsque les bonefish labourent simplement le fond et trouble anormalement l’eau.

Techniques de pêche

En surfcasting, à la laize de bonite, en utilisant les crevettes, les crabes ou appâts similaires mais surtout à la mouche pour un plaisir incommensurable.

Le combat

Il faut repérer les signes qui trahissent la présence de la bête et lui présenter sans la quitter des yeux la mouche qui devra avoir atteint le fond de l’eau discrètement avant que le bonefish n’arrive dessus. Puis on effectue un stripping délicat pour simuler un animal en fuite la pointe de la canne au ras de l’eau, voire sous l’eau. Le ferrage se fait uniquement à la main ce qui donne la sensation de sentir le fer de l’hameçon rentrer dans la bouche du bonefish. Après tant de difficultés le combat devient toujours excitant avec des runs de 100m ou plus. Au final l’envie de relacher la bête est naturelle.
Gabarit : De 2 à 4 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 8 kg pour 1m.
Record Igfa : 7,26 kg en 1971 au Bahamas



Napoléon, labre (Cheilinus undulatus)

Napoleon

Description et comportement

Voici l’un des champions des Seychelles au régime alimentaire varié. Grâce à ses dents puissantes, capables d’écraser n’importe qu’elle coquille, le Napoléon ingurgite tout ce qui croise sa route. Crustacés, mollusques, étoile de mer, oursins, éponges, invertébrés, algues et poissons de toutes espèces, même toxique comme le fugu. Actif le jour, il peut vivre 32 ans. La bosse au-dessus de ses yeux devient plus importante avec l'âge. Souvent solitaire on le croise parfois en couple pour défendre son territoire. Les Napoléons naissent femelles, puis lorsqu’ils arrivent à la taille honorable d’un mètre vers 15 ans, ils deviennent mâles. Leur rôle dans l’écosystème des lagons et récifs coralliens est donc de premier plan. Parfois appelé Napoléon wrasse ou Maori wrasse, il est l'un des plus grands poissons du monde de récifs. Il peut mesurer 2m pour 190 kg et se retrouve partout dans l’Indo-Pacifique, sur les pentes abruptes de 1 à 100 mètres de profondeur. On peut le pêcher au Jig mais le catch and release s’impose.

Techniques de pêche

On ne pêche évidement que le juvénile sur les flat à la mouche avec une imitation de crustacé, crabe crevette ou petit poisson. Relâche obligatoire. C’est un animal précieux pour le récif.

Le Combat

La touche est franche il faut le prendre sur la lèvre car les dents sectionnent tout.
Gabarit : De 15 à 25 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 190 kg pour 2m.
Record Igfa : 19,8 kg en 1997 à île Plate ici aux Seychelles



Perroquet à bosse de bison (Bolbometopon muricatum)

Perroquet à bosse de bison

Description et comportement

Le plus grand de tous les perroquets, tire son nom "perroquet à bosse" de son front proéminent qui se développe à l’âge adulte. Il lui sert à casser les coraux en petit morceaux avant de les ingurgitées. Sa dénomination Anglaise "Parotfish" fait quand à elle référence à sa dentition fusionnés en forme de bec de perroquet qui est doublé d’une deuxième dentition dite pharyngienne, dans la bouche au niveau du pharynx qui est spécialisé dans le broyage du corail. Le perroquet à bosse vit en bancs de 50 à 100 individus à la recherche de coraux vivants et algues océaniques. Il casse de gros morceau de coraux avec sa tête, puis fractionne les morceaux avec son bec et finit par les réduire en matériaux nutritif qui ressortiront de son corps sous forme de sédiments. On estime qu’un perroquet à bosse consomme 6 tonnes de corail par an produit une quantité importante de sédiments et influence grandement la structure des récifs coralliens, jouant ainsi un rôle majeur dans l'écosystème du récif. Appelé Bumpy par les pêcheurs ce grand poisson peut vivre jusqu'à 40 ans, peser 46 kg et mesurer 1m30. Il vit dans les récifs peu profond entre 0 et 30 m, dans les lagons et les récifs externes vers la mer. Les jeunes se trouvent plus souvent dans les herbiers à l'intérieur des lagons. En voie de disparition, dans l’océan Indien sa population se porte bien aux Seychelles, surtout dans le sud à Farqhar et Providence entre autres.

Techniques de pêche

On le pêche à la mouche avec une imitation de crabe devant le banc. Mais la relâche est obligatoire. C’est un animal protégé et donc non listé par l’Igfa.

Le combat

C’est une grosse bête qui se défend bien. Mais le piquer est extrêmement difficile. Son bec étant assez puissant pour casser du corail, il n’ y a que l’hampe de l’hameçon qui résiste. Il doit être piqué sur le bord de la bouche.
Gabarit : De 15 à 25 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 46 kg pour 1,3m.
Record Igfa : Protégé et non listé Igfa



Balistes, titan (viridescens Balistoides)

Balistes

Description et comportement

Notoirement connu pour sa mauvaise humeur le Triggerfish Giant n’a peur de rien ni de personne. Plusieurs cas d’attaques sur des plongeurs ont été recensés lorsque les femelles gardent leurs nids. Sa morsure peut être douloureuse, car son bec est un instrument redoutable qui s’attaque aux crabes, oursins et autres mollusques entre autres. Il fouille dans les débris coralliens en recrachant un jet d’eau ainsi qu’avec ses nageoires pour débusquer des vers à tubes. Son territoire s’étant sur tous les récifs et lagons jusqu’à 50m de profondeur offrants suffisamment de caches contre les requins, sont plus gros prédateurs. Menacé à cause de l’engouement des aquariophiles le baliste titan mérite d’être relâché lorsque l’on a la chance d’en prendre un. On peut la prendre au lancé mais c’est à la mouche que l’on s’amuse.

Techniques de traine

On la prend à la mouche avec une imitation de crustacé posée devant son nez. Relâche vivement conseillé

Le combat

C’est la petite bête du récif. Mais elle se défend bien et fait chèrement payer ses écailles. Elle donne de bons coups de tête, fonce dans les récifs et ses dents n’épargnent pas le bas de ligne.
Gabarit : De 1 à 3 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 10 kg pour 75 cm.
Record Igfa : 5,3 kg en 2014 aux îles Christmas


Les Carangues.

Peu importe la date à laquelle à commencé l’histoire de la pêche sportive en mer, il faut bien reconnaitre que c’est la pêche au gros en Yacht-Motors qui a rendu célèbre cette discipline. Mais aujourd’hui le Big game n’a plus la cote ! Le pêcheur sportif est plus écolo et plus sportif que jamais ! Il souhaite affronter seule sa proie sans artifice, sans fauteuil de combat, sans guide, ni skipper et n’avoir qu’un impact minime sur son écosystème préféré. Alors fatalement de nouvelles techniques se sont développées et de nouveaux adversaires ont émergé.
La famille reine de ces adversaires est la Carangue. Une famille de Bulldog sous stéroïdes, qui détient fièrement le palmarès du plus grand nombre de lignes coupées dans les patates de corail, de cannes brisées, de freins brulés et d’hameçons ouverts. La pêche au lancer dans les lagons paradisiaques des mers du sud c’est donc naturellement imposée comme la nouvelle pêche sportive, avec pour adversaires ces redoutables Carangues. Super sportive pourrions nous même dire, lorsqu’il s’agit d’affronter la géante de cette famille. De par son penchant à traquer tout ce qui tente bruyamment de la fuir et cela même dans 30 cm d’eau, la Carangue Ignobilis semble avoir été créée pour défier depuis la plage les meilleurs pêcheurs sportifs aux leurres. Surtout au popper qui semble la transformer en véritable mister Hyde de la mer.

Carangue à grosse tête "GT"(Caranx ignobilis)

Carangue à grosse tête

Description et comportement

Chez les Carangues, la GT se distingue parmi les autres. On parle d’un monstre sur vitaminé de 80 kg pour 1m70, capable de vous prendre 100 m en 10 secondes sans que vous ne puissiez rien y faire. La GT est une adversaire obstiné, endurante et coléreuse qui attaque avec fureur un popper. Elles sont de redoutables chasseuses capable de traquer une proie jusque sur la plage à une vitesse folle. Entre deux runs, elle récupère des forces en s’appuyant sur sa grande surface, tout en cherchant systématiquement la protection du corail et y casser cet indésirable fil. C’est le poisson de pêche sportive des flats par excellence. Dans les lagons, en wadding, la GT est le seul poisson capable de vous donner de telles sensations avec éventuellement le Milkfish qui peut lui faire concurrence. En dehors du flat, on trouve la GT sur les pentes externes d’îles et îlot et autour des montagnes sous marines, les plateaux rocheux accidentés pourvus de grandes caves. Elle aime aussi les épaves. La Carangue se nourrit de poissons et de crustacés vivant à proximité du fond. Elle chasse aussi bien le jour que la nuit avec un pic d’activé au lever du jour et au couchant. La Gt peut se réunir en banc mais préfère être en couple. Le bruit la fait venir et réveil son instinct de prédation au point de lui faire perdre toutes prudences, d’où la popularité et l’efficacité des techniques au popper. En plongée on l’attire avec des bruits de glotte. Ici aux Seychelles la "karang ledan" est très apprécié pour sa chaire succulente.

Techniques de pêche

La technique reine pour la GT est le stand up extrême au popper en wadding.
On la prend aussi au Jig sur les secs, et les passes jusqu’à 100 / 150 mètres.
En traine lente à l'appât mort ou vivant de type mullet et maquereau.
En Flycasting sur les petites et moyennes avec du matériel costaud.

Le Combat

La GT est puissante. C’est une machine de guerre extrêmement coriace, qui cherche perpétuellement la roche et les obstructions du fond pour casser la ligne. Alternant de longs rushs avec des périodes de récupération ou elle utilise sa surface planante pour contrer sans effort le pêcheur. À la touche le démarrage est explosif et les reprises monstrueuses. Il faut la brider au maximum avec un moulinet costaud. À la mouche il n’y a qu’avec du matériel surdimensionné que l’on puisse l’affronter. Sinon il faut la suivre en kayacs avec un binôme ou en bateau. Depuis la mer, elle combat également avec puissance, mais la GT tente de se réfugier dans le lagon en passant sur les hauts fonds aux risques de s’y échouer.
Gabarit : De 5 à 35 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 80 kg pour 1,70 m.
Record Igfa : 72,8 kg en 2006 au Japon



Carangue noire (Caranx lugubris)

Carangue Noir

Description et comportement

Appelé jack black en anglais ces carangues vivent dans les eaux tropicales claires et océaniques. Elles ne sont que rarement présentes dans les eaux peu profondes du plateau Seychellois mais on peut les confondre aisément avec les carangues giants juvéniles qui sont parfois aussi noires que la lugubris. En plongée, on les observe le long des tombants récifaux sur les bancs extérieurs du plateau Seychellois, côté océan. Parfois en bancs. Elles se nourrissent de préférence la nuit de poissons endormis. Durant la journée on les croise regrouper dans les caves sous-marine du récif extérieur et des passes. Sa chair appréciée, a la réputation de ne pas sécher à la cuisson.

Techniques de pêche

La Carangue noire se prend la nuit au jig avec laize de bonite entre 20 et 100 m car elle garde ses distances avec la côte.
À la traine lente au downrigger de nuit et au vif.

Le Combat

Combat comme la GT. Mais au Jig il est plus facile de l’empêcher de chercher la protection du corail.
Gabarit : De 5 à 12 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 25 kg pour 1,20 m.
Record Igfa : 18,8 kg en 2013 au Mexique



Carangue folle (alectis indicus)

Carangue folle

Description et comportement

Appelé aussi le cordonier panache la carangue folle vit dans différents type de récifs : Saumâtre, marin, entre 20 et 100 m. D’une couleur argenté avec reflets violets et tâches noires, elle possède une petite bouche protractile qui lui permet d’attraper crevettes et petits crabes comme le font les bonefish, en aspirant d’un coup sec l’eau la séparant de sa proie. De part ce mode de prédation on en déduit facilement comment la pêcher. Il faut la leurrer avec de petits vifs, A taille équivalente elle semble être encore plus puissante que la GT. Et son endurance à toute épreuve. Son poids n’atteint malheureusement pas celui de la GT. On la trouve adulte sur tout récif de corail en eau côtière en dessous de 60 m. Le juvénile plus solitaire, se trouve en surface près d’estuaires et de chenaux. La Carangue folle se nourrit de méduses, poissons, calmars et crustacés.

Techniques de pêche

Au petit Jig le soir et le matin avec crevettes eschées, vives ou artificielles de type bucktail et madaï agrémenté de laize de bonite. Hameçons solides.

Le combat

La Carangue folle s’approche gentiment de l’appât pour l’aspirer et le recrache aussitôt si le goût ne lui convient pas. Donc tant que la carangue n’a pas réalisé ce qui se passe, la touche n’est pas toujours remarquable. On sent juste qu’il y a quelque chose. Puis c’est un festival de violentes tractions qui veut avec une rage nerveuse, vous entrainer au fond de l’eau. La carangue folle utilise son énorme surface comme un aileron de F1 pour se plaquer au sol tout en nageant rapidement. Il ne faut rien lui lâcher autrement elle s’enfoncera dans une grotte et vous perdrez poisson et leurre.
Gabarit : De 5 à 12 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 25 kg pour 1,65 m.
Record Igfa : 16 kg en 2007 au Mozambique


Carangue obèse (Caranx sexafasciatus)

Carangue obèse

Description et comportement

Plus élancée que ses cousines, elle possède de gros yeux qui lui donnent son surnom de carangue gros yeux. Elle se réunit la journée en groupe dans les passes et autour des récifs et montagnes sous marines entre la surface et 150 m de profondeur. La nuit venue, elle se rapproche de la côte et chasse en solitaire dans les lagons, flats et chenaux à faible fonds. Les juvéniles évoluent en groupe dans les eaux calmes d’estuaires et de zones portuaires. Cette Carangue supporte bien l’eau saumâtre. La carangue gros yeux se nourrit de poissons et de crustacés benthiques. On la pêche plus facilement la nuit lorsqu’elle est en mode prédation. Elles sont consommable fraiches, séchées ou salées.

Techniques de pêche

Du soir à l’aube au lancer de popper sur les flats ou à la ligne de fond lors de ses passages le soir et le matin avec appât vif (crevettes, bivalves, crustacés, poissons…) Sinon on peut en prendre une ou deux au jig durant la journée entre 50 et 100m.

Le Combat

Son corps plus profilé, lui donne plus de vitesse que les carangues précédentes. Son attaque en surface est très violente, sa défense coriace est une succession de runs qui font durer le plaisir du combat assez longtemps. La Carangue obèse laisse toujours un bon souvenir.
Gabarit : De 4 à 10 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 18 kg pour 1,20 m.
Record Igfa : 14,3 kg en 1997 aux Seychelles (île Poivre)



Carangue pailletée (Carangoides fulvoguttatus)

Carangue pailletée

Description et comportement

La carangue pailletée est une proche parente de la carangue obèse par sa morphologie plus allongée et cylindrique que la plupart de leurs cousines. Elle varie énormément en apparence en fonction de l’âge et du sexe. Tantôt pailletée, tantôt nacrée, elle peut également avoir le dos gris foncé ou vert et des points jaunes, verts ou noirs. La carangue pailletée est bien présente dans nos eaux, elle habite principalement les lagons, les pentes rocheuses ou coralliennes, les tombants et parfois dans les herbiers autour des îles et sur les bancs de sable à 100 m de profondeurs. Elle n’apprécie pas la faible salinité de l’eau et évite les estuaires. Elle vit en bancs ou seule à la recherche de petites proies. Alvins, crustacés, céphalopodes…

Techniques de pêche

On la prend au petits popper parfois, mais c’est surtout au Jig de petite taille qu’on la touche car sa bouche et sa dentition sont assez petite.

Le Combat

Elle offre un combat de premier ordre. Dés le ferrage elle donne de très caractéristique coup de têtes pour se décrocher. Nerveuse, elle ne se rend qu’après avoir perdues ses dernières forces. Et cela peut durer longtemps. Mais elle n’a pas le réflexe de ses cousines de rechercher les coraux. Si le ferrage est bon et que l’on maintien la tension on limite le risque de décrochage.
Gabarit : De 3 à 8 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 18 kg pour 1,2 m.
Record Igfa : 13,75 kg en 2010 en Afrique du Sud



Carangue bleu (Caranx melampygus)

Carangue bleu

Description et comportement

La carangue bleu est une reine de beauté à la chair blanche délicieuse. La Carangue Bleu a le profil de la GT, ovale et allongée. Sa robe est en revanche la plus belle portée par une carangue. D’un bleu nacré sur le bas du corps elle vire au candy or et vert parsemée de points bleus en haut avec l’ensemble de ses nageoires du même bleu électrique. Elle évolue sur les flats, les pentes externes des îles, des récifs coralliens et rocheux ainsi que sur les secs et les passes jusqu’à 200 m de profondeur pour y trouver ses proies préférées. Céphalopodes, poissons, crabes crevettes… Elle est active aussi bien le jour que la nuit avec un pic de prédation le matin et le soir. La Carangue Bleu peut évoluer en petits groupes ou solitaires.

Techniques de pêche

Sur les flat en wadding au lancer et en mer sur récif au popper et au jig
En flyfishing.

Le Combat

C’est la plus belle et à combattre elle est au même niveau que ses cousines GT et Lugubris toutes proportions gardées. Elle cherche le corail avec rage en changeant de direction toutes les 5 secondes de façon erratique. Elle donne de nerveux coups de tête et finir par se rendre seulement lorsqu’elle aura épuisé ses réserves.
Gabarit : De 3 à 8 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 20 kg pour 1 m.
Record Igfa : 13,24 kg en 2012 au Mexique



Carangue balo (Carangoïdes gymnostethus)

Carangue balo

Description et comportement

En Anglais on l’appel le Blunder qui signifie "cogneur" en référence à son esprit bagarreur. Le mâle adulte peut atteindre 90 cm et peser 14,5kg. Il habite les récifs extérieurs profonds entre 0 - 70m à la recherche de petits poissons et se rapproche du fond pour les crustacés et mollusques. Le jeune se trouve souvent juste derrière la barrière de corail le long des îles. L’adulte est solitaire alors que les jeunes se serrent les coudes en petits banc. En grand nombres aux Seychelles il est naturellement consommé en quantité. Surtout que sa chair préparée en carry est excellente. Chassés par les gros thons et les dauphins, la carangue balo à développé un certain dynamisme.

Techniques de pêche

Au jig avec un madaï ou eschage de crevette naturelle sur les montagnes sous marine.

Le Combat

Elle nage vite, de manière nerveuse et de part son endurance c’est un adversaire qui malgré sa taille mini est remarquablement sportif.
Gabarit : De 2 à 5 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 18 kg pour 1 m.
Record Igfa : 9,7 kg en 1997 Au Mozambique



Bec de canne bleuté (Lethrinus xantochilus )

Bec de canne bleuté

Les poisons empereurs vivent solitaires, parfois en groupe dans les lagons peu profonds, ou proches des récifs coralliens et des herbiers marins. Ils se nourrissent principalement la nuit de mollusques, crustacés, étoiles de mer, oursins, vers et de petits poissons entre la surface et 75m de fond. Il mesure entre 30 et 55 cm à l’âge de 3 ou 5 ans mais il peut vivre probablement plus de 25 ans. Certaines femelles plus grosses que les mâles seraient issus d’un hermaphrodisme séquentiel. D’abord mâles certain bec de canne deviendrait femelles après 5 ans. En plongée ont observe que le Bec de Canne est curieux mais qu’il garde ses distances.

Techniques de pêche

En Flyfishing
Au lancer de petit popper et petit stickbait

Les Combats

C’est un vaillant petit adversaire sur ligne light mais difficile à leurrer au lancer. Nerveux et combatif il fait preuve de persévérance pour se débarrasser de la ligne et l’hameçon.
Gabarit : De 1 à 4 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 8,5 kg pour 85cm.
Record Igfa : 5,44 kg en 1991 au îles Tonga



Bourgeois (Lutjanus Sebae)

Bourgeois

Description et comportement

Ce magnifique poisson apprécié de tout le monde aux Seychelles pour son passage au barbecue, se trouve sur les pics rocheux et coralliens entre les îles et sur le drop-off du plateau Seychellois comme l’ensemble des Vivaneaux et Mérous. Sa robe corail et légèrement marbrée est de toute beauté. Il vit entre 10 et 200m en solitaire de manière itinérante.

Techniques de pêche

Au Jig sur les tombants pour faire de bonne prise.
Au popper sur des fonds de 10m car il remonte s’il est excité.

Le combat

Le Bourgeois n’a pas vraiment de défense. Il essai de résister en utilisant son poids et il n’y a bien que les gros qui donnent du plaisir.
Gabarit : De 4 à 12 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 19kg pour 90cm.
Record Igfa : 17,9 kg en 1999 au Japon



Vivaneau chien rouge (Lutjanus bohar)

Vivaneau chien rouge

Description et comportement

Proche cousin du Bourgeois, on l’appel Varavara aux seychelles et il est souvent confondu avec la carpe rouge Gabonaise. Il vit plutôt entre 50 et 150m sur les récifs coraliens, épaves et tombants de la ceinture extérieur du plateau. Sa robe rouge orangée est de toute beauté. Egalement solitaire à l’âge adulte.

Techniques de pêche

Au Jig sur les tombants pour faire de bonne prise.
Au popper sur hauts fonds avec les jeunes qui peuvent monter à la surface.

Le Combat

C'est un bon bagarreur sur ligne fine!
Gabarit : De 4 à 6 kg en moyenne. Le maxi peut atteindre 10kg pour 90cm.
Record Igfa : 14,5 kg en 2012 à Maurice



Merou pintade (Epinepphelus chlorostigma)

Merou pintade

Description et comportement

La vieille macondé, nom local qui lui est donnée, fréquente les fonds coralliens. Vous la trouverez en toute saison. Sa taille ne dépasse guerre les 50 cm pour les plus beaux spécimens du plateau. Vous la capturer facilement sur les fonds de 30 à 60 mètres. Elle mord très bien à la bonite fraîche et au calamar. Elle est souvent associé à l’empereur honteux (baksou). Sa chair, très fine comme tous les mérous, est excellente grillée au feu de bois, préparée avec une sauce gingembre piment. C’est un de mes poissons préféré pour sa qualité gustative et la finesse de sa chair.

Record Igfa : 5,2 kg en 2014 en Japon



Vieille ananas (Cephalopholis sonnerati)

Vieille ananas

Description et comportement

Le vieille ananas, appelée "Msye angar" ici, vous offre toujours un spectacle suspens quand vous la remontez. Souvent pêché en palangrotte ! Ses magnifiques couleurs rouges tachetées de blanc vous font croire à … un bourgeois ! Elle fréquente comme toutes les vieilles et autres mérous les massifs coralliens. Lors d'une sortie, nous en avions pris 4 beaux scpécimens avec mon ami Gégé. Sa chair peut être un peu trop ferme suivant les saisons. Ses habitudes sont quasiment les mêmes que le mérou pintade. Il est conseillé de faire des filets pour éviter qu'elle ne se courbe à la cuisson. C'est délicieux! 10 à 150 m Max longueur: 57,0 cm Se nourrir de petits poissons et crustacés, y compris les crevettes, les crabes et stomatopodes

Record Igfa : 2,35 kg en 2002 au Japon



Mérou oriflamme (Epinepphelus fasciatus)

Mérou oriflamme

Description et comportement

C’est un petit mérou couleur feu dont il faut se méfier des dards sur la dorsale ! La "Madamm Dilo" de son nom créole, partage la vie du récif avec les autres congénères de son espèce. Sa chair est aussi savoureuse que celle du mérou pintade. Elle aussi est souvent associée aux empereurs honteux (baksous) . Elle est présente toute l’année sur le plateau et sa taille reste modeste, elle ne dépasse pas souvent les 20cm. 40 cm maxi et 2 kg Typique Lieu: Coral zones riches dans les lagons et récifs extérieurs. Méthodes de pêche: pêche de fond avec du crabe, escargot, moules ou poissons morts. Combattre Caractéristiques: Un poisson tenace qui fera le travail acharné de l'obtenir à la surface.
Commune dans pentes externes à des profondeurs inférieures à 15 m, se produit également dans les baies et les lagunes peu profondes protégées que 4 m. Peut également être trouvés à une profondeur de 160 m. À Madagascar, il se nourrit la nuit et jour sur les crabes, les poissons brachyoures, crevettes, crabes et de galatheid.

Record Igfa : 1,62 kg en 2013 Au Japon



Empeureur honteux (Lelthrinus rubrioperculatus)

Empeureur honteux

le baxou vit et chasse entre 8 et 180m. Une assurance de ne pas rentrer bredouille. Un poisson vraiment unique se jetant sur les hameçons avec une rage incontrôlée. Il nous est arrivé d'en pêcher une vingtaine en dix minutes, avec un travail d'équipe fantastique. Je dirai même qu'il est parfois frustrant de l'avoir sur les coraux! Il attaque toute forme d'appât et fait preuve d’un cannibalisme féroce ! Les pêcheurs locaux se servent de son ventre pour appâter les gros bourgeois. Sa chair est relativement bonne bien préparée, et il fait très bien « le poisson du jour » sur la table des restaurants. Vous le trouverez sur tous les spots de vente de poissons autour de l’île. A la Réunion il est plus connu sous le nom de « Capitaine ». J’ai eu pêché des sujets de taille respectable (40 cm) aux mois de mars et avril. Il est très nerveux quand il est pris dans la ligne. Assurance d'un repas! Preuve de voracité: l'hameçon de 9/0 est presque plus gros que lui!!!